A quoi est due la gastro ?

- Généralement à un virus : le rotavirus, le calicivirus ou l'adénovirus sont responsables de 70 à 80 % des diarrhées du nourrisson. Après avoir été contaminé, les premiers symptômes apparaissent généralement sous 24 à 72 heures.

- Des infections bactériennes (intoxication alimentaire) peuvent aussi donner des tableaux de gastro-entérite.

 

Quels sont les symptômes ?

- Une fièvre

- Quelques vomissements

- Des douleurs au ventre

- Des diarrhées : une diarrhée aiguë est définie par une augmentation inhabituelle des selles, avec plus de 3 selles liquides ou molles par jour, depuis moins d'une semaine.

Ces symptômes ne sont pas forcément tous présents.

D'autres maladies peuvent donner des symptômes similaires.

 

Quels sont les risques ?

- la DESHYDRATATION ;

- la dénutrition si les diarrhées perdurent ;

- le décès (20 décès par an).

 

Que dois-je surveiller ?

- L'ETAT GENERAL de votre enfant : Votre enfant a un comportement bizarre ? Une coloration anormale ? Une respiration inquiétante ? Attention à la déshydratation !

Un enfant malade est bien sûr plus fatigué que d'habitude. Mais il doit être réveillable, capable de boire, de jouer un peu, de gambader...

 

- LE POIDS : vous devez peser l’enfant nu tous les jours. La location d’une balance est recommandée avant l’âge de 6 mois.

- S'il a perdu 5 % de son poids (soit 500 g pour un enfant pesant 10 kg), l'enfant est déshydraté.

- S'il a perdu 10 % de son poids (soit 1 kg pour un enfant pesant 10 kg), l'enfant est sévèrement déshydraté et devra être hospitalisé.

Si vous n'avez pas de poids récent pour votre enfant, il faut estimer son poids d'après sa courbe de croissance ou par un calcul (sachant qu'un enfant prend 20 g/jour).

 

Quand dois-je consulter mon médecin ?

- En cas de perte de poids.

- En cas de diarrhées avec du sang ou des glaires, ou au retour d'un voyage à l'étranger.

- En cas de diarrhée persistant plus de 3 jours.

Ou toute autre situation qui vous inquiéterait.

 

Quand dois-je aller à l'hôpital ?

- En cas d'impossibilité totale de boire (vomissements trop répétés de l'enfant).

- En cas d'échec de la réhydratation, avec une perte de poids comprise entre 5 et 10 %.

- En cas de déhydratation sévère avec perte de poids de plus de 10 %.

- En cas de troubles de la respiration, de la conscience ou de la coloration de l'enfant.

- En cas d'impossibilité pour la famille de soigner et surveiller l'enfant.

Il faut être particulièrement vigilant chez les nourrissons âgés de moins de 3 mois.

 

Quel est le traitement ?

1. Conseils généraux

- Se laver les mains avant et après les toilettes, avant et après manger.

- Utiliser des serviettes et gants de toilettes individuels.

 

2. Conseils alimentaires

♦ Avant tout, faire boire son enfant :

Soit : Les "SOLUTES DE REHYDRATATION ORALE" (SRO) disponible en pharmacie : Adiaril, GES 45, Picolite...

Le sachet est dilué dans 200 mL d’eau.

La solution peut être conservée au réfrigérateur pour une durée maximale de 24 h.

Elle sera proposée à volonté à l'enfant, en présentant le biberon à intervalles réguliers toutes les 5-10 minutes au début, puis toutes les 15-30 minutes.

Votre enfant boira spontanément la quantité qui lui sera nécessaire. Il faut lui proposer très souvent le biberon afin qu'il puisse boire une petite quantité de soluté.

Les solutions de réhydratation orale permettent de lutter efficacement contre la déshydratation, mais n'ont pas d'action sur les vomissements, les douleurs ou les selles. Elles doivent être données tant que persistent les symptômes (diarrhées, vomissements) soit généralement pendant 24 à 48 h.

 

Soit (moins bien) : Des solutions préparées soi-même en mélangeant 1 L d'eau minérale, 2 cuillères à soupe bombées de sucre (40 g), 1/2 cuillère à café de sel (3 g).

 

Le coca-cola est déconseillé car sa composition n'est pas adaptée. Eviter le jus d'orange.

 

♦ Puis, réalimenter son enfant :

Chez l’enfant nourri au sein : il faut poursuivre l’allaitement maternel, en alternant les prises de solutions de réhydratation et les tétées.

 

Chez l’enfant nourri essentiellement au biberon :

- chez les nourrissons de plus de 4 mois, après n'avoir bu que des solutions de réhydratation pendant 4 heures, la reprise du lait habituel est possible (les biberons peuvent être préparés avec de l'eau Evian).

- chez le nourrisson de moins de 4 mois (ou ceux de plus de 4 mois tolérant mal la reprise du lait), il peut être prescrit pendant 1 à 2 semaines un lait spécial (hydrolysat de protéines de lait de vache, lait sans lactose).

 

Chez l'enfant qui a déjà une alimentation diversifiée :

Attention ! Seuls les aliments que l'enfant connaît déjà pourront lui être proposés ; ce n'est pas le moment de lui faire goûter de nouveaux aliments.

 

On associe des aliments anti-diarrhéiques :

- Régime à base de riz et carottes cuites qui ont la propriété de couper la diarrhée

- Bouillie composée d'eau + farine infantile à base de riz ou de tapioca, à donner au biberon ou à la cuillère

- Purée anti-diarrhéique :

. mixer riz (ou pommes de terre) et carotte avec du bouillon de légumes ou de l'eau (une noisette de beurre cru peut leur être associée)

. ajouter une pincée de sel

. mélanger à cette purée 2 à 3 cuillères à café de viande maigre, de jambon ou de poisson cuit à l'eau.

- Dessert anti-diarrhéique : compotes de pomme, coing ou banane ; banane bien mûre écrasée

- Autre : biscotte, biscuits secs ordinaires (sans fruits secs).

 

Et on évite certains aliments :

- Le lait et les laitages (fromages blancs, petits-suisses, crème). Le lactose, principal sucre contenu dans le lait, tend à accentuer la diarrhée.

- Les légumes et les fruits (sauf pomme, coing, banane et carottes cuites)

- Les céréales complètes

- La charcuterie, les viandes en sauce, les fritures.

 

Les produits laitiers seront réutilisés après 4 heures de réhydratation exclusive, idéalement dès que les selles sont redevenues normales. On commencera d'abord par les laitages (yaourts natures) ou fromages à pâte dure (type St-Paulin, edam, mimolette) avant de réintroduire le lait.

 

Les légumes et les fruits seront réutilisés crus puis cuits dès que les selles seront redevenues normales.


3. Les médicaments

- Le racécadotril/TIORFAN est le seul médicament efficace pour diminuer les diarrhées.

- Les pansements digestifs (Diosmectite/SMECTA) ou probiotiques (Ultralevure) auraient un effet symptomatique sur la durée de la diarrhée.

- Les ralentisseurs du transit (Lopéramide/IMODIUM) ne sont pas conseillés et sont contre-indiqués chez les nourrissons de moins de 2 ans.

- Le paracétamol/DOLIPRANE/DAFALGAN n'agit que sur la douleur et la fièvre.

- Les anti-vomissements doivent être employés avec précaution en raison de leurs effets indésirables.

 

Source : Polycopié National du Collège des Enseignants de Pédiatrie, Polycopié National du Collège des Universitaires des Maladies Infectieuses et Tropicales.